La butte verte et autres digressions

Par Claude Charpentier

 

Sur la lancée du cross Toto j’ai décidé de tenter une incursion (limitée) dans le monde du cross mais en évitant si possible le parcours de prairies accidentées bien vertes que quelques centaines de participants transforment au gré des tours en pataugeoire gadoueuse. Très peu pour moi la boue, même si mes articulations antédiluviennes y trouveraient un bien être (mais plutôt à Dax, chaude et étalée amoureusement par une accorte employée de la thalasso, pardon à… forte poitrine ! Aussi, si vous voulez, je n’ai rien contre).Donc ayant scruté la météo à plusieurs jours ne signalant  aucune précipitation pluvieuse, banco pour le maxi cross de Mantes dit de la butte verte. Inscription sur le web par une start-up au nom qui fleure bon le terroir du Vexin » Goodpeoplerun » se la pète pas un chouïa dans le Mantois? Difficile de faire plus court et concis que « Top Chrono ». L’information disponible donne sur sentiers de sous bois, plus » natürlich » je suppose la butte verte? Je verrais bien! Mais 13km quand même, pas une promenade de santé!

C’est très mode le vert, tout passe au » greenwashing », même un truc aussi peu vert que la voiture c’est dire, ainsi qu’a son corolaire  le » bio » et le sous produit « durable ou équitable » ou en extrême limite le « raisonné ». C’est le packaging marketing indispensable pour un benchmarking winner (chouette le charabia globish pro!). Il n’y a que sur la planète politique hexagonale que cela ne marche pas terrible, le vert, un tigre de papier (de verre ? ok je sors !) diraient les Chinois,  cela fait beaucoup de vent (d’où les éoliennes) mais  au final un «  Joly » flop ! Dommage !

Pourtant il y a des milieux comme le spectacle où cette couleur, dite de l’espérance, est autant  honnie que les lapins l’étaient sur les anciens bateaux en bois, et d’autres telle l’Allemagne où elle fait florès, des Grünen du parlement (même certain à tendance rousse) aux autos vert pomme, je ne parlerai pas du sujet qui fâche pour les anciens, le vert de gris.
 
Dimanche lever, GRRRR! Il pleut! Bon à la météo il va falloir mettre au rencart la grenouille héritée « d’Albert Simon » (allusion doublement sélective, par l’âge et la radio) elle doit être cacochyme et ne bouge plus du barreau d’en haut. J’y vais quand même pour ne pas pénaliser l’organisation qui à déjà le semi de BB en concurrence. Arrivée sur le parking du bois de la dite butte, et là tout de suite dans l’ambiance, gadoue! Retrait des dossards sur pelouse encore potable et début d’échauffement en sous bois pas si mauvais que cela, humide mais ferme. J’y croise quelques un(es) de notre petite mais courageuse délégation, il pleuviote. A faire 3 tours d’une boucle de 4km3.
 
Départ sur pelouse molle, puis tout de suite  sentier très praticable longeant un bon bout de la route de Rosny, virage et long faux plat montant plutôt faux que plat d’ailleurs se terminant en bosse, encore un virage et retour toujours en sous bois, le long de la voie ferrée, une petite descente, un zig-zag  et la première butte en 2 temps, bon pas de quoi en faire un poème.
 
Retour vers les terrains de jeux, un peu de pelouse et la seconde butte  très abrupte mais courte donc peu éprouvante (pour l’instant) une grande boucle et retour sur le départ. Ma foi pas désagréable sentier empierré, les buttes pas glissantes, juste un peu de pelouses grasses peu longues. Premier tour de découverte « normal » quoi! Un petit sucre et une gorgée d’eau au ravito et retour sur la longue ligne droite qui n’en finit pas, les jambes un peu lourdes quand même sur le faux plat, les buttes cassent le rythme et cela commence à être dur à la fin du second tour.
 
Re sucre et eau, j’ai faiblis nettement, mais je profite d’un  demi- tour avec un jogger hors course qui  reprend l’entrainement après blessure, on se soutient l’un l’autre, un peu d’émulation, cela évite de me laisser aller, juste quelque pas pour souffler après la butte et c’est fini. Pas mécontent, j’appréhendais un peu la distance du cross et les bosses, mais, pour moi, c’est un bon temps pour ce genre de terrain, bonne mise en jambes qui me décidera peut être à courir le 13km5 d’Andrésy.

Finalement le pire de ce parcours un jour de pluie c’est le parking et la pelouse du podium

Remise des trophées ni fait ni à faire se terminant en eau de boudin, là pas top. Nos filles ont eut  quand même leur bouquet et Pascale un long moment de solitude sur le podium!

Consommation de la bête  deux sucres et deux gobelet d’eau (jetés dans la caisse idoine) un parcours vert et durable qui me vaudrais normalement un bonus et le label eco2 (un regret le sucre n’étais pas équitable) mais pénalisé par un lavage de voiture (merci le parking) et deux tours de machine à laver (tenue et chaussures).

 
 
 
Course des Victoires
Bannière
Mécène - Art Dan
Bannière